historique

facade
Au début du Second Empire, un groupe de riches Clermontais regroupés dans une société d'actionnaires présidée par Jules Crémieux se sont lancés dans la construction d'un théâtre, au coût de 40 000 francs or, inauguré en 1856. Cette salle à l'italienne de 400 places, conçue à l'imitation de celle de Montpellier avec parterre, deux étages de balcons et un poulailler, était richement décorée de toiles peintes.
L'entreprise se révéla rapidement déficitaire son directeur, le littérateur Gustave Delpon, perdit toute sa fortune. Mis en vente à la demande des créanciers, le Théâtre fut racheté par la Ville de Clermont l'Hérault en 1873 avec l'objectif suivant : « dans l'intérêt de l'art théâtral, dans le but d'instruire et de moraliser les classes ouvrières et de les arracher à la fréquentation funeste des cabarets, enfin en présence du désir manifesté par la population tout entière ».
Pendant un siècle, le Théâtre devient le centre de la vie culturelle et sociale du Clermontais. Il accueille des troupes professionnelles avec une programmation de théâtre, d'opérettes et d'opéras comiques, des revues en tournées (tournées Tichadel, gala Karsenty), des orchestres, des troupes et musiciens amateurs locaux. La salle est souvent pleine et le public appartient à toutes les catégories sociales. P
endant la deuxième guerre mondiale, la programmation atteint son apogée avec des troupes prestigieuses repliées en zone libre : Pierre Brasseur, Odette Joyeux, Claude Dauphin, Jean Nohain...

Un siècle après sa création, le Théâtre a beaucoup vieilli. Les sièges sont étroits et inconfortables, la structure intérieure faite de bois et de stuc est considérée comme dangereuse. Sur injonction du Préfet, le Maire Jean Rouaud en décide la fermeture, la commune n'ayant pas les moyens de financer sa rénovation.
Il faut attendre 1984 pour qu'à l'instigation du Sénateur-Maire Marcel Vidal, le Théâtre reprenne vie grâce aux subventions du Ministère de la Culture, de la Région, du Département et de la DATAR. La vieille structure intérieure à l'italienne est détruite et remplacée par une salle moderne, de moindre capacité (198 places), mais plus confortable.
 
salle-photoBobGiraud
Jean-Louis Estany est alors nommé directeur de l'établissement, poste qu'il occupe jusqu'en 1987. Remplacé par Robin Bayley, il est rappelé en 1998 par Marcel Vidal pour reprendre la direction du Théâtre.
Sous son impulsion, avec le soutien de la Ville de Clermont l'Hérault - qui a pris une ampleur nouvelle après l'élection en 2001 du Maire Alain Cazorla - et du Département, le Théâtre a élargi son action dans le territoire (ateliers en milieu scolaire, spectacles décentralisés en partenariat avec l'Agence Culturelle du Département et les communes). Cette politique s'inscrit en concordance avec l'orientation prise en 2001 par l'Office Culturel Clermontais qui s'ouvre sur le public et le territoire, en devenant Office Culturel du Clermontais.
En 2007, une étape nouvelle est franchie. Jean-Louis Estany était par ailleurs directeur artistique du « Le Champ de Lire ». Cette association spécialisée dans la lecture, les écritures, la poésie et la formation développait des actions régionales, nationales et internationales. A l'instigation de la Direction Régionale des Affaires Culturelles - Ministère de la Culture, de la Région Languedoc-Roussillon, du Département de l'Hérault et de la Ville de Clermont l'Hérault, le Théâtre et Le Champ de Lire ont fusionné pour devenir une Scène conventionnée pour les écritures poétiques et scéniques. Cette appellation a pris fin en juin 2012, lors du départ de Jean-Louis Estany.
 
En novembre 2012, Fabien Bergès lui succède et écrit pour le Théâtre un nouveau projet. La programmation de spectacles décentralisés dans les communes alentour sont poursuivies et amplifiées. En septembre 2013, le Conseil communautaire engage le transfert de la compétence « action culturelle » des communes vers l’intercommunalité. Dans ce cadre, l’activité du Théâtre et la constitution d’un réseau de lecture publique sont transférées, dès le 1er janvier 2014, à la Communauté de Communes du Clermontais. Le Théâtre devient ainsi, dès le 1er janvier 2014, un service de la .